La bataille pour la colline du Loup

La bataille pour la colline du Loup

La meute se tenait sur la colline, devant une immense lune blanche, éclairant un champ où s'amassait une vaste armée de Vampires.

Ils arrivaient de partout. Sortant des bois, atterrissant dans un nuage de poussière ou de chauves-souris. Certains semblaient même sortir de nulle part, tandis que devant la terre meuble du champ fertile se transformait peu à peu en une marée de morts vivants réanimés part la magie des nécromanciens.

Quand la lune fût entièrement décroché de la montagne, la métamorphose des Lykans débuta.

De terribles crocs poussaient dans leur bouche d'humains, et tandis qu'ils se tordaient de douleur, leur peau se déchirait révélant une fourrure épaisse grisonnante pour les anciens et noire pour les nouveaux nés. Des griffes remplaçaient leurs ongles, et alors que leurs chaussures de cuir explosaient, des pattes bestiales sortaient de celles-ci.

Quand leurs tourments furent terminés, l'un deux s'avança.

Dans le champs en face d'eux, un Vampire s'avança d'un pas déterminé.

Arrivés à trente pas de distance, le Vampire sortit ses ailes et les déploya en guise d'avertissement.

De ses ailes émanaient des volutes noire de magie malsaine.

La Louve se dressa sur ses deux pattes arrières, sortit ses griffes, et laissa deviner une paire de canines incroyablement longues et pointues.

Pour tourte réponse à cette démonstration de puissance, le Vampire décocha un sourire moqueur à la Reine des Loups.

Cet affront fût de trop, et en un instant la Louve livrait bataille contre le Roi Vampire dans les airs loin des armées.

Alors le combat commença.

De la colline, des centaines de Loups dévalèrent la côte les babines retroussées, aboyant et grognant.

En guise de réponse, les Vampires ordonnèrent à leurs esclaves zombies, goules et autres abominations de stopper l'ost des Loups.

 

Quand la ligne des loups percuta le rempart de chairs pourries, un nuage de sang éclata alors.

L'impact de la charge fit exploser la première défense des Nécromanciens, laissant place nette à la deuxième vague de zombies pour contre-attaquer.

Cette fois ci, les Loups se relevèrent pour attaquer de toutes les armes naturelles qu'ils possédaient.

Et en un instant, les Loups hauts d'un mètre se révélèrent être des Lykans à part entière, chacun étant une parcelle de la perfection hauts de deux mètres cinquante.

La deuxième vague de zombies vola en éclat arrachant cette fois la vie d'une dizaine de Loups.

Chaque perte de leur coté était un affront à leur race.

Et plus les Lykans se rapprochaient du cœur de l'armée Vampire, moins ils étaient nombreux.

Quand enfin ils frappèrent les premiers Vampires, il n'en restait qu'une cinquantaine.

Rendus fous par la perte de leurs frères, chaque coup de griffes fendait les armures, et les boucliers volaient en éclats comme s'il s'agissait de poussière prise dans le vent.

Les épées et haches des Vampires se brisaient contre leurs canines, griffes, et pour les vétérans, même un coup de la pointe porté au front ressemblait à une piqûre de moustique.

Pendant un instant, les Lykans eurent l'avantage de manière indéniable, malgré leur position en sous nombre.

Quand enfin les Vampires passèrent de la défensive à l'offensive, les Lykans se regroupèrent en un groupe de cercles concentriques dont ne dépassaient que les armes, bras, et têtes des Loups.

Au loin, on entendait le fracas des armes, les cris plaintifs des blessés et l'odeur du sang souilla l'air frais de cette soirée de printemps de son effluve âcre.

A environ un kilomètre de la bataille des armes, se déroulait un combat bien plus impressionnant, même si seuls deux combattants se livraient un combat de magie brute.

D'un coté, un nuage difforme noir, de l'autre une sphère blanche aveuglante.

 

La Reine des Loups se préparait à défendre son terrain de chasse, tandis que le Roi des Vampires s'apprettait à le souiller.

Les attaques des deux entités divines étaient aussi rapides que l'éclair, et les sorts de magie brute fusaient de tous cotés.

Tout d'un coup, la Reine des Loups passa au corps à corps. Elle fondit sur son ennemi à une vitesse inconcevable, et celui-ci n'eût le temps que de mettre ses bras devant sa gorge et ses yeux pour éviter un blessure fatale. Le coup fût porté avec une telle violence, que malgré l'altitude à laquelle se déroulait le combat, le sol trembla autant qu'il eût pu le faire.

Le nuage noir difforme amorça une chute rapide, eu un éclair blanc fendit le ciel étoilé d'une nuit de bataille.

Darkxel, la Reine des Loups, allait porter le coup fatal à son ennemi de toujours, Turgon.

Quand le duo de couleurs frappa le sol, une explosion sans précédent retentit. La terre se fendit sur des centaines de mètres autour d'eux, et un cratère se forma à leurs pieds.

Mais le nuage noir persistait...

Alors que la sphère blanche s'estompait petit à petit, ne laissant place à présent qu'à une boule blanche au sommet de la chevalière de la Reine des Loups, son sceau.

Le Roi Vampire avait utilisé son sceau au dernier moment, l'englobant d'un bouclier magique.

Quand la Reine des Loups tomba à genou, le vacarme de la guerre se tût pour regarder avec un mélange d'effroi et d'ivresse le spectacle qui se livrait à eux.

Darkxel avait une dague plantée dans le dos. Celle-ci était entourée d'une brume de magie noire.

Quand enfin Turgon se releva, il saisit son épée, et transperça la poitrine de la Reine, qui, tant par honneur que par orgueil, sourit au Vampire, et ne lui fit pas le plaisir de crier de douleur. Puis elle s'effondra.

 

Se sentant un peu ridiculisé malgré sa victoire, le Roi Vampire poussa un cri, et se jeta les mains en avant sur les Loups pour les massacrer en guise de vengeance. Mais à peine avait-il débuté sa course qu'il vit une giclée de sang sortir de sa bouche.

Tombant à genou, les mains devant sa bouche, le Roi contempla alors dans le reflet d'une flaque d'eau devant lui l'horrible vérité.

Avant de tomber, Darkxel l'avait mordu au cou, et avait laissé ses crocs dans la chair pâle du Vampire au niveau de la clavicule gauche. Perdant peu à peu connaissance en raison de cette immense perte de sang, il commença à délirer.

Puis, toujours les yeux fixés dans la flaque d'eau devenue rouge, il reconnu une forme familière dans son reflet. Au dessus de son épaule se tenait une femme à l'apparence humaine, à qui il manquait ses canines, une épée blanche en main.

Sa dernière vision fût un éclair blanc fonçant sur son coup.

Puis les ténèbres l'entourèrent, et c'est ainsi qu'un fois de plus, la Reine des Loups avait sauvé le territoire de sa meute en risquant sa vie.

Encore une fois les Loups avaient démontré leur toute puissance.

Et d'innombrables fois, ils auraient sans doute à se réunir encore et encore sur cette colline, faisant face aux mêmes armées se tenant sur ce même champ rendu fertile par le sang versé, et par les chairs décomposées.

Encore une fois nous dominerons, encore une fois nous vous tuerons, et s'il le faut, encore une fois jusqu'en Enfer nous vous suivrons et vous traquerons.

Vous vivez pour mourir, et mourrez pour notre plaisir ;

Nous vivons pour cela, nous mourrons pour cela.

Honneur à la Meute !


Heimdall

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site